Les dangers d’une mauvaise traduction

Une mauvaise traduction peut avoir un impact réel sur une entreprise. Car, mal réalisée, elle prêtera à confusion et mènera à des incompréhensions !

 

LA TRADUCTION, AU COEUR DE L’INTERNATIONALISATION

Quand un annonceur décide de s’internationaliser, il doit s’adapter à de nouvelles cultures, de nouveaux standards et surtout à de nouvelles langues. Et pour qu’un internaute se sente en confiance, il faut qu’il ait l’impression de surfer sur un site produit dans sa langue maternelle. C’est pourquoi, la traduction qualitative est d’une importance capitale !

Cependant, trop d’annonceurs pensent que pour pouvoir traduire correctement, il suffit de « connaître » les langues avec lesquelles on travaille. Ils ont ainsi tendance à lésiner sur la qualité de leurs traductions, ce qui donne naissance à des situations incongrues, parfois cocasses voire désastreuses pour certaines entreprises.

LES CONSÉQUENCES RÉELLES D’UNE MAUVAISE TRADUCTION

Dans la majorité des cas, les erreurs de traduction conduisent à une incompréhension entre le consommateur et l’entreprise, et donc à l’éloignement et à la non-conversion/fidélisation des utilisateurs. De nombreux annonceurs sont tombés dans le piège d’une mauvaise traduction et bon nombre d’entreprises ont connu des pertes et se sont vues discréditées à cause de traductions erronées.

Un exemple parmi les plus connus est celui de Parker Pen, qui avait traduit la publicité de ses feutres « It won’t leak in your pocket and embarrass you » par « Vous ne tomberez pas enceinte en perdant de l’encre dans votre poche ». Ou, le cas d’une mauvaise traduction dans la notice d’une prothèse de genou qui obligeait 47 patients de l’hôpital Sankt Hedwig (à Berlin, en Allemagne) à se faire réopérer.

globe-110775_640

POURQUOI Y A-T-IL DE MAUVAISES TRADUCTIONS ?

Trop de annonceurs négligent le travail de traduction et engagent des traducteurs non (ou trop peu) qualifiés. Cependant, les erreurs de traduction sont justement – la plupart du temps – le fruit d’un mauvais traducteur ou d’un traducteur automatique. Et c’est généralement lorsque l’on a affaire à une mauvaise traduction que l’on se rend compte de l’importance et de la complexité d’une bonne traduction.

Un texte bien traduit, est un texte pour lequel on ne se rend pas compte qu’il a été traduit. Et pour ce faire, il faut que le traducteur soit natif, professionnel et spécialisé dans le domaine du texte à traduire. Fort d’une véritable discipline !

Pour éviter ce genre de situations, Milega travaille avec des traducteurs titulaires et spécialisés, qui traduisent vers leur langue maternelle et utilisent des outils de traduction permettant de réaliser des contrôles de qualité exhaustifs.